La médiation pour l’inclusion sociale devient une action incontournable du lien social dans nos sociétés européennes

 

Par sa position de tiers et sa proximité avec la population, quelques soient l’âge, l’ethnie, la religion, la langue, le statut social ou le genre, elle active :
• le dépassement des conflits qui minent les relations sociales ;
• l’accès de tous aux droits et aux biens sociaux ;
• la prévention des ruptures scolaires, familiales, citoyennes, etc. ;
• le développement d’espaces publics pacifiés et ouverts à l’échange.

 

 

Le projet CreE.A vise à créer un espace européen de la médiation pour l’inclusion sociale pour rassembler les institutions (administrations, collectivités publiques, gestionnaires de biens sociaux) et les acteurs (médiateurs et responsables d’organismes de médiation, chercheurs, travailleurs sociaux, enseignants, agents de la sécurité publique, de la Prévention et de la Justice), impliqués directement ou indirectement dans la médiation.

 

 

 

 

Les médiateurs et maîtres d’apprentissage du premier Tour d’Europe, avec ses organisateurs

Janvier 2015

 

Manifeste

Manifeste (Adopté par le Comité de Pilotage à Bruxelles, le 29 Juillet 2017)

Le projet CreE.A vise à la Création un espace Européen de la médiation pour l’inclusion sociale.

La médiation pour l’inclusion sociale

Elle se réfère à la recommandation produite par les 42 experts réunis au Séminaire de Septembre 2000 à Créteil. Elle contient une définition qui sert de référence commune pour le projet :

La médiation sociale est définie comme un processus de création et de réparation du lien social et de règlement des conflits de la vie quotidienne, dans lequel un tiers impartial et indépendant tente, à travers l’organisation d’échanges entre les personnes ou les institutions, de les aider à améliorer une relation ou de régler un conflit qui les oppose.

D’autres pratiques se sont développées, parfois sous le terme de médiation sociale, poursuivant ces mêmes objectifs, en recourant également à l’intervention d’un tiers, mais sans remplir les conditions de son impartialité ou de son indépendance. Néanmoins, ces pratiques doivent être incluses dans la réflexion globale sur la médiation sociale.

Le terme d’inclusion sociale est utilisé pour renforcer la finalité que se donnent les différentes formes de médiation sociale : celle de construire ou de re-construire les liens sociaux entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

La médiation sociale met en œuvre une vision politique de la participation de tous à la construction de la vie en commun. Elle se fonde sur la communication, le dialogue et l’intercompréhension, et non seulement sur la norme et le Droit. Elle s’appuie sur des valeurs : l’ouverture à l’Autre, la diversité et la confiance dans la capacité des personnes à dépasser leur propre intérêt. Elle promeut une culture de l’accueil, du dialogue et de la rencontre. Elle correspond à une posture de tiers proposant des espaces d’accueil, de rencontre et de confiance permettant, au-delà de la gestion positive des conflits, de construire le lien social.

La médiation sociale s’inscrit ainsi dans des contextes différents : le voisinage, les écoles, les transports, les quartiers,… pour mettre en œuvre ces principes généraux.

L’espace européen

Le projet CreE.A a pour ambition de créer un espace européen de la médiation sociale. Celui-ci correspond à un espace d’apprentissage collectif qui associe et articule à la fois le partage d’expériences et de pratiques, la consolidation éthique et professionnelle des acteurs et la mise en discussion des études et recherches dans le champ de la médiation sociale. Il constitue ainsi un espace d’échange, de communication et de dialogue entre tous les acteurs impliqués : professionnels de la médiation sociale, chercheurs, formateurs et universitaires, institutions territoriales et nationales. Il met lui-même en œuvre, en son sein, les valeurs de la médiation sociale : l’accueil et la rencontre de la diversité des pratiques et des représentations s’y rapportant.Il vise à promouvoir la médiation sociale, qui œuvre à l’inclusion sociale, auprès des institutions européennes et nationales.

 

PRINCIPES CONSTITUTIFS DU PROJET

  1. Il met en œuvre le Séminaire Européen de Créteil (voir ici) (Septembre 2000), dans sa charte et ses recommandations.
  2. La reconnaissance et la visibilité de la médiation pour l’inclusion sociale passe par la consolidation éthique et professionnelle de sa pratique.
  3. Cette consolidation se construit sur la base d’échanges des pratiques, de la formalisation des savoirs d’expériences et d’une meilleure connaissance des contextes et des modes d’intervention.
  4. La médiation pour l’inclusion sociale prend nécessairement une dimension européenne, constitutive de l’ouverture à l’Autre et à la diversité.

 

LE CONSORTIUM ET SA GOUVERNANCE

 

LE CONSORTIUM ET SA GOUVERNANCE

Président d’honneur : Monsieur Jean-Paul DELEVOYE

Président : Monsieur Hibat TABIB (Président de l’AFPAD de Pierrefitte s/Seine)
Coordinateur : Monsieur André MOISAN (Cnam en  Grand Est)
Responsable de gestion : Madame Alice ANQUETIN (Cnam en Grand Est)
Assistante de projet : Madame Clarisse FARIA-FORTECOËF (Etablissement Cnam)

Comité stratégique
En plus des personnes citées plus haut : 

  • Un représentant du Forum Européen de Sécurité Urbaine
  • Madame Ana Maria CARNEIRO COSTA E SILVA, Université du Minho, Braga
  • Monsieur Gianpiero TURCHI, Université de Padoue
  • Madame Francine KINET, Haute école de la province de Liège
  • Monsieur Jean-Pierre BONAFE-SCHMITT, CNRS et Université de Lyon,
  • Monsieur Renato BRIANTE, membre du cabinet du Ministre de la famille d’Italie

 

PARTENAIRES

ALLEMAGNE : Université de Magdebourg
BELGIQUE : ASBL Egregoros, Haute Ecole de la Province de Liège
ESPAGNE : Fondation Sevilla Acoge (Séville)
FRANCE : Cnam en Grand Est (coordinateur) – Etablissement Cnam
ITALIE : Université de Padoue – CRESM
LUXEMBOURG : Université du Luxembourg
PORTUGAL : Université du Minho, Braga
EUROPE : Forum Européen de Sécurité Urbaine

 

EXPERTS

Madame Helena ALMEIDA (Université de Coimbra, Portugal)
Madame Evelyne BAILLERGEAU (Université d’Amsterdam, Pays-Bas)
Monsieur Jean-Pierre BONAFE-SCHMITT (CNRS, France)
Monsieur Renato BRIANTE (Cabinet du Ministre de la famille, Italie)
Monsieur Gabe MYTHEN (Université de Liverpool, Grande-Bretagne
Monsieur Gianpiero TURCHI (Université de Padoue, Italie)

TOUR D’EUROPE ARLEKIN

 

TOUR D’EUROPE ARLEKIN

Le projet CreE.A poursuit le Tour d’Europe organisé par le projet Grundtvig ArleKin en 2016.

Ainsi, chaque année :
14 “médiateurs compagnons” des pays partenaires sont accueillis par : 14 “maîtres d’apprentissage” pendant 14 jours.
Ils réalisent un « chef d’œuvre » pour rendre compte de leurs découvertes et de leurs apprentissages et obtenir le titre de « Médiateur compagnon » et de « Maître d’apprentissage » du Tour d’Europe.

Ainsi se déroulent :

  • en Juin 2017, le 2ème Tour d’Europe
  • en Mai /Juin 2018, le 3ème Tour d’Europe
  • Mai /Juin 2019, le 4ème Tour d’Europe.
JOURNEES EUROPEENNES DE LA MIS

 

 

 

JOURNEES EUROPEENNES DE LA MEDIATION POUR L’INCLUSION SOCIALE

Journées de rencontres et d’échanges entre les acteurs et institutions du pays d’accueil et les partenaires européens. Elle sont organisées sur les thèmes centraux de la médiation sociale.

(voir le détails)

PRINCIPES CONSTITUTIFS DU PROJET

 

Les Comités ArleKin

Ils auront comme fonction d’assurer la mobilisation des acteurs et institutions au sein des pays (ou régions) européen(ne)s et garantir la pérennité de l’espace européen de la médiation pour l’inclusion sociale.

A l’issue du projet, une charte sera définie, à partir des initiatives locales.

Les productions du projet